01.jpg
Avr 27 2018

Richesse des nations – Enquêtes et rapports sur les Flux financiers illicites (FFI) en Afrique, Ateliers à l'intention des Journalistes

L’Afrique perd chaque année environ 60 milliards USD à travers les flux financiers illicites (FFI). Définis par Global Financial Integrity comme « l’argent illégalement gagné ou transféré », cette énorme hémorragie de ressources financières provenant du continent sape gravement la capacité de l’Afrique à mobiliser des ressources nationales, laissant ainsi les pays africains sans ressources pour financer leur développement. La plupart de ces FFI proviennent de pratiques de fraude et d’évasion fiscales exercées par des sociétés multinationales, en particulier celles qui sont impliquées dans le secteur de l’industrie extractive. Au cours des trois dernières décennies, les pertes cumulées du continent s’élèvent à plus d’un milliard de dollars. Ainsi, les FFI privent effectivement les pays de revenus publics qui auraient pu être utilisés pour lutter contre la pauvreté et les inégalités.

 

TrustAfrica, en partenariat avec la Fondation Thompson Reuters, a organisé deux ateliers à l’intention des Journalistes Africains pour informer et enquêter sur les flux financiers illicites dans leurs pays à travers Wealth of Nations, un programme primé géré par la Fondation Thomson Reuters, en collaboration avec certaines des principales organisations africaines qui font la promotion du journalisme d’excellence. Le programme est soutenu par une subvention de l’agence norvégienne de développement, Norad. Wealth of Nations vise à améliorer la qualité et la quantité de la couverture médiatique africaine des flux financiers illicites, afin de sensibiliser la société à ce problème, à tous les niveaux, d’accroître la pression sur les décideurs pour qu’il prennent en charge cette question, et à terme, contribuer à la réduction des FFI provenant d’Afrique. Il présente une combinaison d’activités adaptées, y compris la formation, le mentorat, les subventions pour les récits et la consultation en salle de presse interne.

Au niveau régional, le système de déclaration des financements illicites intègre de nombreux enseignements tirés des enquêtes précédentes. Chaque plan du programme engage dix journalistes de différents pays africains et leur propose un soutien global pour les aider à produire des enquêtes qu’ils n’auraient autrement pas pu faire. Il y a un premier atelier de cinq jours portant sur la connaissance des FFI, les techniques d’enquête, le développement de l’histoire et les questions d’éthique et de sécurité. Le programme s’inspire largement de l’expertise de Reuters News en matière d’enquête sur l’évasion fiscale des sociétés.

 Après le premier programme, les participants peuvent demander des subventions pour des histoires modestes. Six à huit participants peuvent recevoir ces subventions, et bénéficier d’un encadrement à distance fourni par des journalistes experts. Ensuite, environ trois mois plus tard, un deuxième atelier de trois jours est organisé à l’intention des journalistes qui ont reçu des subventions pour promouvoir activement leurs histoires et approfondir leurs connaissances actuelles.

Les deux ateliers ont été organisés au siège de TrustAfrica, à Dakar (Sénégal). Lors du second atelier, Dr Ebrima Sall, Directeur Exécutif de TrustAfrica, a souhaité la bienvenue aux participants et a souligné l’importance de leur travail dans l’enquête et l’établissement de rapports sur les flux financiers illicites sur notre continent afin de lutter contre ces pratiques qui prive l’Afrique de sa propre richesse.

 

Veuillez trouver de plus amples informations sur le programme sur le site : http://www.wealth-of-nations.org/

 

Read 699 times Last modified on vendredi, 04 mai 2018 11:12

Nos coordoneés

  • Lot 4, Almadies Ngor, Dakar Sénégal
  • +221 33 869 46 86
  • +221 33 824 15 67

Fil Twitter

Suite à une erreur, potentiellement un dépassement de délai de connexion à Twitter, les tweets de cet utilisateur ne peuvent être affichés.

Conférences et ateliers