07.jpg
Fév 21 2019

Étude exploratoire sur la prévention et l’élimination de la violence basée sur le genre en Afrique de l’Ouest francophone

Superviseur : À DÉTERMINER
Zones de couverture: Burkina Faso, Mali, and Sénégal
Duration:    3 mois
TAF Classification: Consultant 

I. Contexte

Bien que la violence basée sur le genre (VBG) soit une préoccupation omniprésente en matière de droits de l’homme pour l’Afrique de l’Ouest, il n’existe que peu de recherche sur la manière de la combattre en ciblant sa cause fondamentale que sont les normes sociales néfastes. La honte, la peur de l’ostracisme, l’isolement et les normes culturelles aggravent les effets de la VBG et contribuent à la sous-déclaration, à l’inadéquation des statistiques, à la faiblesse des systèmes d’alerte et à l’absence de services d’assistance psychologique, médicale et juridique pour les victimes.

Si les efforts et les progrès réalisés pour lutter contre la VBG et garantir l’égalité et l’autonomisation des femmes et des filles sont perceptibles dans les centres urbains et parmi les élites, ces efforts n’ont pas eu de répercussions efficaces sur les couches les plus défavorisées de la société dans les zones rurales où les femmes constituent la majeure partie de la population. Par conséquent, pour que les interventions aient un impact, il est nécessaire de concevoir et de mettre en œuvre des interventions fondées sur des données probantes recueillies sur le terrain et reflétant les réalités quotidiennes de cette majorité.

La VBG sous toutes ses formes est symptomatique de la marginalisation sociale, politique et économique dont les femmes sont victimes. Les données existantes à petite échelle confirment que des interventions combinées, adoptant une approche tenant compte des normes sociales, s’attaquant aux inégalités structurelles entre les sexes et à la violence sexiste, ont le potentiel d’influencer positivement l’autonomisation économique des femmes. S’attaquer aux causes et manifestations systémiques de la violence basée sur le genre pour promouvoir l’autonomisation des femmes nécessite donc une approche holistique et un engagement à long terme pour développer des politiques publiques saines fondées sur la recherche primaire et sur le savoir local.

A cette fin, TrustAfrica lance un projet de deux ans dont l’objectif est de s’attaquer à la violence basée sur le genre en tant qu’obstacle persistant, parmi d’autres, à l’autonomisation des femmes francophones en Afrique occidentale, notamment dans trois pays prioritaires, le Sénégal, le Burkina Faso, et le Mali.

Si TrustAfrica a identifié le besoin de renforcer les efforts de prévention et d’élimination de la violence basée sur le genre et de s’y investir à travers le changement des normes sociales, la recherche, l’assistance technique et le renforcement des capacités, un appui est toutefois nécessaire pour déterminer la nature et la portée des violences basées sur le genre dans ces trois pays, ainsi que des investissements à consentir à l’avenir, pour veiller à ce que tous investissements soient corrélés avec des stratégies diplomatiques et de plaidoyer pour réaliser un changement durable.

Les présents termes de référence proposent une étude exploratoire sur la prévention et l’élimination de la violence basée sur le genre au Sénégal, au Mali et au Burkina Faso, en vue de contribuer à orienter les investissements, les activités de plaidoyer et autres interventions futurs de TrustAfrica dans cet espace. Cette étude exploratoire portera spécifiquement sur chacun des pays que sont le Sénégal, le Mali et le Burkina Faso et favorisera une approche holistique et coordonnée de prévention et d’élimination de la violence basée sur le genre et de soutien aux mouvements sociaux féministes dans les différentes composantes des interventions de TA dans ce projet.

  1. La mission

Objectifs

L’objectif principal du projet est de contribuer à la transformation des normes sociales en vue de favoriser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles au Sénégal, au Burkina Faso et au Mali. A cette fin, cette étude a pour but de produire des données probantes et de permettre une bonne compréhension des types et de l’ampleur de la violence basée sur le genre, principalement en milieu rural, dans les régions du Sud (Sédhiou et Kolda) Sud-Est (Kédougou) au Sénégal ; dans les régions de Kayes, Koulikoro et Bamako au Mali ; et au niveau des régions du Plateau Central et du Plateau Nord, Centre Nord, des Hauts Bassins et des Cassades au Burkina Faso. Ces zones ont été identifiées comme ayant un taux de prévalence de VBG élevé dans les pays cibles.

Par ailleurs, cette étude influera sur les processus de changement transformateur en vue d’une reconnaissance accrue de la violence basée sur le genre et de son impact, mais également de la volonté d’y mettre fin par le biais de partenariats multi-parties prenantes dans les pays cibles.

L’étude exploratoire devrait couvrir un certain nombre de domaines liés à la prévention et à l’éradication de la violence basée sur le genre et au changement des normes sociales. Il conviendra d’inclure au minimum :

  1. Nature et portée : Il s’agit des questions liées aux différentes formes de VBG dans les localités identifiées dans les pays cibles et le contexte dans lequel elle survient ; et les données sur la nature spécifique, les formes et la prévalence de la VBG
  2. Cadres juridiques et politiques : identifier les cadres existants, les lacunes et/ou les défis en matière de prévention et d’élimination de la VBG dans les pays cibles.
  3. Parties prenantes : identifier les principaux acteurs impliqués dans la lutte contre la violence basée sur le genre et la promotion de l’égalité et de l’autonomisation des femmes et des filles ; les stratégies qu’elles utilisent pour faire avancer leur travail et les hommes qui se font les champions du changement.

Le rapport final de l’étude exploratoire devrait formuler des recommandations s’appuyant sur la dynamique enclenchée par les gouvernements respectifs, les partenaires au développement, ainsi que les acteurs internationaux et locaux. Les recommandations pourraient couvrir un certain nombre d’interventions différentes, mais devraient être classées par ordre de priorité et être réalistes, compte tenu des capacités et des ressources actuelles de TA.

Livrables

Le consultant devra produire les livrables suivants :

A. Note méthodologique (qui fera partie du rapport intermédiaire)

La note méthodologique devra être adaptée aux différences de sexe, d’âge et de culture pour mieux comprendre la nature de la discrimination et de la violence faite aux femmes et aux filles dans les localités des pays visés. La méthodologie devrait comprendre :

- des informations sur les régions des pays ciblés concernant : a) le niveau de la criminalité violente et les perceptions de la criminalité, y compris de la violence basée sur le genre ; b) les indicateurs socio-économiques ; c) l’existence d’un engagement réel ou potentiel des groupes et organisations communautaires de femmes ; d) la disponibilité de services efficaces, efficients et accessibles en réponse aux violences faites aux femmes, et  la volonté des autorités locales à soutenir ce projet et à collaborer à sa réalisation, ou le risque que de tels actes soient perpétrés. Le rapport intermédiaire comprendra des données provenant de diverses sources, ainsi que de consultations étroites avec les autorités municipales et les institutions locales, notamment la police, les services sociaux, les services de santé et les femmes et filles elles-mêmes ; 

- Méthodes de collecte des données, dont des enquêtes sur le terrain menées auprès des femmes et des filles dans les communautés des régions des pays cibles (groupes thématiques de discussion) ; des entretiens semi-structurés avec les parties prenantes, les leaders d’opinion et locaux, les acteurs locaux, les personnalités religieuses et culturelles (entretiens avec les principaux répondants) ; des groupes thématiques ; des visites de contrôle de la sécurité et les observations structurées ;

- des informations sur la façon dont les groupes de femmes des communautés de base participeront à l’élaboration de l’étude exploratoire.

B. Rapport complet de l’étude exploratoire

Le rapport complet de l’étude exploratoire qui permettra de bien comprendre :

1. les types et l’ampleur de la violence faite aux femmes dans les communautés cibles en fonction : a) des données disponibles sur la violence basée sur le genre sur l’ensemble du pays ; b) des informations pertinentes sur le contexte local en termes de caractéristiques démographiques, sociales, culturelles, économiques et autres ; c) la disponibilité et l’accessibilité des services pour répondre aux violences faites aux femmes ; d) les opinions des femmes et des filles, et la manière dont elles perçoivent la sécurité et l’insécurité e) les points de vue et perceptions de la communauté sur la violence basée sur le genre f) les points de vue des autres parties prenantes sur la violence dans ces communautés et la réponse donnée par les parties prenantes locales et nationales ; g) les opportunités d’une meilleure coordination entre parties prenantes locales et nationales afin de prévenir cette violence ; h) les lois nationales et locales pertinentes, ainsi que les programmes et politiques en cours et autres ressources et  données disponibles.

2.     Analyse des compétences nationales : l’étude devrait décrire les cadres législatif et politique relatifs à la protection des femmes et des filles ainsi que les structures juridictionnelles en place pour lutter contre la VBG et veiller à la redevabilité tant à l’échelle nationale que dans le contexte régional au sens large. 

3.     Analyse des capacités : l’étude devrait analyser les capacités en ressources humaines, politiques et financières dont disposent les institutions nationales existantes pour lutter contre les croyances, normes et pratiques traditionnelles discriminatoires et contre les inégalités structurelles entre les sexes. La recherche devrait identifier leurs faiblesses et leurs forces et formuler des recommandations sur la façon d’améliorer ces structures.

4.  Cartographie des organisations de la société civile intervenant dans la lutte contre la VBG : le rapport devrait donner un aperçu des organisations intervenant dans les pays ciblés et analyser le rôle réel ou potentiel des différents acteurs dans la lutte contre la VBG et dans l’égalité entre les sexes au sein des communautés. Cet aperçu devrait permettre de distinguer les différents types d’organisations, comme les groupes de défense des droits, les associations professionnelles, les organismes d’entraide, etc. Le consultant devra, enfin, classer les organisations en fonction de leur ancienneté, de leur représentativité et de leur réputation auprès des communautés locales et documenter les succès et les défis auxquels font face diverses organisations.

5. Analyse du mouvement des droits des femmes : le rapport devrait proposer une analyse de la situation des mouvements sociaux féministes dans le pays.

6. Analyse d’impact : l’étude devra également fournir une analyse critique de l’impact des activités de plaidoyer de la société civile sur la lutte contre la VBG et l’évolution des normes sociales pour l’égalité et l’autonomisation des femmes et des filles dans les trois pays ciblés.

Le rapport devrait comprendre des recommandations détaillées sur la mise en place de communautés plus sûres et respectueuses des différences entre les sexes pour les femmes et les filles ; et sur la meilleure façon dont la société civile peut être impliquée aux niveau local et national dans la prévention et l’élimination de la violence basée sur le sexe dans les communautés visées

Le rapport devra également formuler des recommandations détaillées sur la manière d’élaborer des stratégies appropriées de mobilisation et d’engagement en vue de faire entendre davantage la voix des femmes - à travers les mouvements sociaux féministes - dans les nouvelles formations sociales et renforcer leur engagement à faire face à la VBG et aux normes et institutions sociales néfastes

C.   Fichiers multimédia

La création d’un ou de plusieurs fichiers multimédias contenant des données probantes multimédias sur l’étude exploratoire, notamment des photographies, cartes, clips vidéo et enregistrements, est particulièrement recommandée. Ces fichiers devraient faire partie intégrante du rapport sur l’étude exploratoire et être fournis en version électronique (dans le respect total de la confidentialité des réponses et autres normes éthiques et de sécurité).

D. Stratégie de plaidoyer

Stratégie de plaidoyer destinée à encourager la mise en œuvre des recommandations issues de l’étude exploratoire.

Remarque : Tous les documents préliminaires tels que le rapport intermédiaire et la structure du rapport ainsi que les informations destinées aux médias doivent être initialement approuvés par TrustAfrica.

Activités / Tâches et responsabilités  

Pour faciliter la mise en œuvre des objectifs susmentionnés, TrustAfrica recourra aux services de consultants nationaux basés au Mali, au Sénégal et au Burkina Faso. Sous la supervision et la direction générale du Chargé de programme, le prestataire se chargera d’exécuter les tâches en mettant l’accent sur les points indiqués ci-dessous :

1. Travaux préparatoires et rédaction du rapport intermédiaire :

* Ébauche du profil des communautés visées par le projet dans les pays cibles, y compris la législation, les politiques et les dispositions spécifiques facilitant ou entravant une plus grande inclusion et l’égalité des sexes en termes de mobilité et de sécurité des femmes et des filles dans ces domaines, ainsi que leur accessibilité.

* Cartographie des principales parties prenantes au niveau local et consultations préalables sur l’étude, en particulier les organismes publics compétents jouant un rôle important dans la prévention de la violence et la protection des femmes et des filles contre ce phénomène ;

* Renseignements sur les organismes ou projets déjà en place et intervenant pour mettre fin à la violence faite aux femmes et à la sécurité des femmes et sur les interventions déjà mises en œuvre,

* Description de chaque méthode de collecte de données (voir premier livrable)

 * Identification des principaux intervenants qui seront impliqués dans l’étude

 * Rédaction du rapport intermédiaire qui devrait inclure la méthodologie de collecte des données, ainsi qu’une analyse répondant aux objectifs suivants de l’étude exploratoire : (i) dresser le profil des zones cibles sélectionnées pour justifier la sélection et donner un aperçu des caractéristiques démographiques, sociales, culturelles, économiques et autres ; (ii) analyser les politiques, plans et initiatives pertinentes de développement et (iii) donner un aperçu des services et projets pertinents existant dans les régions choisies

2.  Collecte des données primaires et rédaction du rapport :

* Recueillir des données, sur la base des méthodes convenues de collecte, notamment une enquête sur place auprès des femmes et des filles et des membres des communautés ; entretiens semi structurés avec les parties prenantes ; groupes de discussion ; audits des réponses à la VBG ; et observations structurées ;

* Analyse et synthèse des données pour préparer le rapport de l’étude exploratoire.

* Rapport final de l’étude exploratoire, avec des recommandations détaillées sur la prévention et l’élimination de la violence basée sur le genre et le renforcement des mouvements sociaux féministes.

 * Le rapport doit être soumis en français.

 * Photographies/transcriptions/enregistrements des entrevues, discussions thématiques de groupe et comptes rendus sur les méthodes de collecte de données utilisées

* Lettres de consentement des groupes interrogés 

3. Compilation de données multimédia

* Compiler les données probantes de l’étude exploratoire, y compris, mais sans s’y limiter, les photographies, cartes, clips et enregistrements qui devraient faire partie intégrante du rapport d’étude exploratoire et être disponibles sur le site multimédia (dans le respect de la confidentialité de tous les répondants et des autres normes éthiques et de sécurité).

4.     Consultations et plaidoyer

* Coordonner une réunion de consultation avec les répondants clés et les parties prenantes locales pour valider les conclusions, analyses et recommandations, et soumettre des commentaires à TrustAfrica.

* Organiser le lancement du rapport final et fournir une stratégie de plaidoyer ainsi qu’un plan médiatique pour sensibiliser l’administration locale dans les zones où l’étude sera menée ainsi que l’ensemble du public. Le contexte et les invités feront l’objet d’une première discussion en accord avec TrustAfrica ;

* Le rapport final est lancé et fait l’objet d’une large diffusion auprès des parties prenantes et des médias.

* Le rapport final de l’étude et tous les documents pertinents seront présentés en français et leur contenu et style de rédaction langue seront conviviaux.

* Le consultant sera responsable de la conception et de l’impression du rapport final ; 

Toutes les étapes de la préparation de l’étude exploratoire et du plan/stratégie de plaidoyer doivent être préalablement validées et approuvées par TrustAfrica.

 III. Qualifications requises

TrustAfrica encourage les personnes dûment qualifiées (ci-après dénommées consultants) à présenter leur manifestation d’intérêt accompagnée d’un plan de travail détaillé assorti d’un échéancier d’exécution du mandat, ainsi qu’une esquisse plan et une méthodologie (devant être consultée et approuvée par TrustAfrica). Le consultant chargé du mandat doit satisfaire aux exigences suivantes :

Expérience pertinente

  • Expérience antérieure dans la réalisation d’enquêtes, de recherches et d’études aux niveaux local et national sur des questions relatives à l’égalité des sexes ou à la violence basée sur le genre ;
  • Des liens étroits avec le réseau d’acteurs publics et civiques opérant aux niveaux national et local ;
  • Une expérience antérieure des questions liées à l’égalité des sexes sera considérée comme un atout.
  • Capacité à passer en revue et à analyser les résultats de recherches antérieures ainsi qu’à préparer des rapports et des études ;
  • Capacité à recueillir, évaluer et analyser des données quantitatives et qualitatives obtenues dans le cadre d’un travail documentaire et de terrain.

Connaissances du sujet

  • Connaissance et expérience des zones géographiques ciblées ;
  • Maîtrise des méthodes de suivi, d’études/enquêtes, de publications et d’analyse de données au niveau national ;
  • Maîtrise des questions relatives à l’égalité des sexes et à la violence faite aux femmes ;
  • La connaissance des mouvements sociaux, et des mouvements sociaux féministes en particulier serait un autre avantage.

Qualifications minimales

  • Être titulaire d’un diplôme d’études supérieures en sociologie, psychologie, études de genre, sciences politiques, droit, droits de l’homme, études du développement et/ou autres domaines connexes pertinents pour le mandat ;
  • Avoir au moins 5 ans d’expérience ainsi qu’une solide expérience dans l’élaboration de méthodologies et de travaux de recherche, la réalisation d’enquêtes, d’études et de publications similaires, dont la collecte et l’interprétation de données quantitatives et qualitatives ; - S’il s’agit d’une société de conseil, avoir au minimum 3 ans d’expérience professionnelle au sein de la société soumettant la manifestation d’intérêt ;
  • Bonne maîtrise du français tant à l’écrit qu’à l’oral

IV. Échéancier de soumission des livrables

La durée du mandat est de 12 semaines, conformément aux délais prévus pour les livrables suivants :

 

Livrables et activités clés

Échéancier indicatif

Méthodologie et rédaction du rapport intermédiaire (consulté et approuvé par TrustAfrica)

Fin de la troisième semaine

Collecte de données primaires et rédaction du rapport

Fin de la septième semaine

Compilation des données probantes multimédias de l’étude exploratoire

Fin de la huitième semaine

Consultations et plaidoyer

Fin de la deuxième semaine

 V. Rémunération

Les services seront rémunérés par versements échelonnés selon le barème des prix, conformément aux résultats attendus et au présents Termes de référence et après soumission et acceptation des factures par TrustAfrica.

VI. Obligations en matière de communication et de communication de l’information

Le Consultant sera chargé de présenter à TrustAfrica des rapports réguliers d’avancement du mandat et de la consulter par rapport à tout changement qui pourrait intervenir, afin d’ajuster le plan de travail convenu.

 VII. Comment postuler

Les personnes dûment qualifiées répondant aux critères ci-dessus sont invitées à soumettre une Manifestation d’intérêt par courrier électronique à TrustAfrica à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. en mentionnant "Manifestation d’intérêt pour étude exploratoire" dans le champ objet du courrier.

Les manifestations d’intérêt doivent être reçues au plus tard le vendredi 8 mars 2019. Le texte principal de la manifestation d’intérêt ne doit pas dépasser 5 pages et doit comprendre les éléments suivants :

  1. Une lettre d’accompagnement (3 pages maximum) avec :
    1. Les numéros de téléphone de jour et les adresses de courrier électronique du consultant ;
    2. La démonstration de la compréhension que le consultant a du projet et des exigences énoncées dans les Termes de référence ;
    3. Les domaines/questions d’intérêt pour guider l’évaluation ;
    4. Toute recommandation de modification des Termes de référence ;
    5. La démonstration de son expérience dans la conduite d’études d’impact pour des projets de droits humains financés par des bailleurs ;
    6. Un calendrier proposé de disponibilité entre mars et mai 2019 ; et
    7. Le budget du consultant.
  2. Un curriculum vitae (2 pages maximum) du consultant, décrivant son expérience et des réalisations antérieures pertinentes par rapport aux compétences et aux connaissances nécessaires pour satisfaire aux exigences énoncées dans les termes de référence
  3. Liste de 3 références pouvant attester de l’expérience et de l’expertise du consultant en rapport avec cette tâche.

TrustAfrica procédera à une évaluation des manifestations d’intérêt par rapport à ce schéma recommandé, parallèlement à la section III précédente (Exigences du poste). Si notre équipe ne vous contacte pas d’ici le vendredi 22 mars 2019, veuillez considérer que votre proposition n’a pas été retenue.

Read 2326 times Last modified on vendredi, 22 février 2019 18:21

Nos coordoneés

  • Lot 4, Almadies Ngor, Dakar Sénégal
  • +221 33 869 46 86
  • +221 33 824 15 67

Fil Twitter

Suite à une erreur, potentiellement un dépassement de délai de connexion à Twitter, les tweets de cet utilisateur ne peuvent être affichés.

Conférences et ateliers