05.jpg
Telecharger

De sa création comme Tribunal à son actuelle forme de Cour Communautaire, la Cour de Justice de la CEDEAO est l’une des juridictions internationales les plus transformées en termes de fonctions, structure et procédures.

Etablie en vertu des Articles 6 et 15 du Traité révisé de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, (“CEDEAO”);1 la CJC – seul organe judiciaire de la communauté; s’était vu confier au départ, un mandat très limité de règlement de différends découlant de l’application du traité impliquant les Etats et les Institutions de la Commission. Cependant, la CJC a évolué, en passant d'un mécanisme intergouvernemental de règlement des différends au statut de Cour communautaire dotée d'un mandat et d'une compétence plus élargis pour inclure la compétence consultative, la juridiction du contentieux et la compétence en matière d'arbitrage.

 

Gladys Madara a rejoint TrustAfrica en août 2014 en tant qu’Associée au Programme de Zimbabwe Alliance, après avoir passé un an et demi comme consultante de programme pour le même projet. Elle a travaillé auparavant pour National Association of Youth Organisations (Association nationale des Organisations de Jeunesse), au Zimbabwe, axée sur la consolidation de la paix et la transformation des conflits. Avec l’organisation, elle a lancé un certain nombre d’initiatives de jeunesse sur les questions de genre concernant lesquelles elle a un vif intérêt. Elle est titulaire d’une Licence en Éducation et Promotion de la Santé de l’Université du Zimbabwe. Elle parle couramment l’anglais.

Le Kiisi Trust a été créé en 2009, dans le cadre d’un Règlement de la Cour fédérale des États-Unis. Le règlement fait suite à un procès intenté contre la Royal Dutch Shell Company par des survivants et des membres de la famille de personnes victimes de violations des droits de l’homme découlant des Opérations nigérianes de Shell à Ogoniland, dans l’État de Rivers, au Nigéria. Les plaignants Ogoni comptaient parmi eux des victimes de torture et de détention arbitraire, ainsi que les survivants d’époux, de frères et de pères exécutés de façon sommaire pour leur rôle dans la protestation contre la dévastation culturelle et environnementale par les opérations de Shell dans Ogoniland. 

Le règlement est reconnu comme une victoire pour les droits de l’homme et la justice environnementale au Nigéria et comme une étape cruciale vers la responsabilisation des entreprises dans la complicité dans les violations des droits de l’homme, partout où elles peuvent être commises. Au moment du règlement, les plaignants Ogoni ont publié un communiqué (statement) exhortant « nos populations à chérir et à nourrir le Kiisi Trust parce qu’il devrait être un héritage du travail de nos héros passés ». Le terme Kiisi signifie « progrès » en langue Ogoni.

Le Kiisi Trust Fund (Fond d’affectation spécial Kiisi) est géré comme un fonds donateur conseillé (DAF) par TrustAfrica pour le compte des fiduciaires du Kiisi Trust Fund, au Nigéria. Le Trust Fund doit bénéficier au peuple Ogoni dans le Sud-est du Nigéria et il sera axé sur les initiatives pour l’éducation, la santé, le développement communautaire, la dotation en matière d’éducation, le développement de compétences, le développement agricole, les programmes de promotion de la femme, le soutien aux petites entreprises et l’alphabétisation des adultes. Le Trust Fund administrera une approche communautaire de son travail pour traiter, identifier et évaluer les bénéficiaires potentiels, élaborer des dossiers de subvention pour approbation et mener un suivi et une évaluation sur les bénéficiaires.

Le travail de philanthropie de TrustAfrica cherche à tirer parti des formes nouvelles et traditionnelles de dons africains pour promouvoir la justice économique, politique et sociale. La culture des ressources philanthropiques indigènes peut soutenir et renforcer l’action africaine, ramener l’équilibre du pouvoir vers le continent et réclamer l’appropriation africaine des agendas africains.

L’Afrique est source d’une culture profondément enraciné de dons et de soutien mutuel. Le renforcement des connaissances de ces traditions est fondamental pour permettre aux récits africains sur les dons d’utiliser un espace égal à côté de mécanismes philanthropiques plus formalisés. À cette fin, nous avons produit Giving to Help and Helping to Give: The Context and Politics of African Philanthropy, entre autres publications.

Nous avons également produit des recherches sur les tendances philanthropiques, par exemple,  Africa’s Wealthy Give Back, un rapport publié en collaboration avec UBS sur les dons par des Africains à forte valeur nette.

Notre livre, Claiming Agency: Reflecting on TrustAfrica’s first decade, d’auteurs indépendants, examine le travail accompli par TrustAfrica et ses partenaires, dans un effort visant à mieux comprendre le genre de philanthropie basée non seulement en Afrique, mais qui privilégie l’action africaine.

TrustAfrica a aidé à créer le Réseau de la Philanthropie africaine (APN) et continue de jouer un rôle clé en tant que membre actif et supporter.

By 2015, lagging economic growth and the collapse of Africa’s major currencies had begun to undermine the ‘Africa rising’ narrative. Add to that the vast toll of the Ebola virus and resurgence of conflict in places like Mali, Nigeria, Central African Republic, Northern Cameroon and Burundi.

But 2015 brought positive news as well. While international experts forecast a renewal of election-related violence in Cote d’Ivoire and Nigeria, both presidential elections were conducted in a peaceful manner. And in neighboring Burkina Faso, citizen mobilization brought down strongman Blaise Compaore, ushering in a new era of democratic governance and popular participation.T

File Size: 4.35 MB
Date: 11 July 2016
Author: TrustAfrica

On 31 May 2015, TrustAfrica hosted a meeting on the margins of the Dakar Conference on “the Habré trial, Complementarity and Universal Jurisdiction”. Various key civil society actors working in the field of international criminal justice were convened to provide updates on Africa state interactions with the International Criminal Court (ICC) as well as to strategize around the African Union (AU)-ICC relationship.

Non-State Actors Reflection meeting

Looking back, Looking ahead: African Philanthropy for Socio-Economic and Political Justice in the 21st Century

As we mark TrustAfrica’s 10 years anniversary we are also unveiling the organization’s new strategy for 2016 – 2020. Our goal under the new strategy is to advance political economic and social justice in Africa by tackling a number of priority thematic issues. 

A lot has changed in the African political, economic and social context since 10 years ago. While the continent has made signifcant progress in reducing the overall level of violent conflict, the resurgence of violence in countries like Burundi, Central Africa Republic and South Sudan point to continuing fragility and the need to invest in building enduring peace. Terrorism and violent extremism have also emerged as a major challenge across the Sahel region, and especially in places like Nigeria, Kenya, Somalia, and Libya. To address this challenge, TrustAfrica works to advance local accountabilty mechanisms to combat the culture of impunity which is at the root of cyclical violence. We are encouraged by the progress made at the continental level to advance post-conflict accountability mechanisms through the African Transitiional Justice Policy Framework and expanded mandate of the African Court on Humans and Peoples’ Rights. While tremendous progress has been made in reversing the scourge of HIV/AIDS across the continent, the devastation from the recent Ebola epidemic exposed the weakness of health systems and the continent’s poor capacity to respond to such emergencies. 

On the economic development front, the “hopeless continent” narrative has been replaced with a focus on “Africa rising”. While significantly more optimistic, this narrative at times over simplifies Africa’s trajectory and overlooks the deep contradictions hidden beneath rising GDP. The fruits of economic growth have largely been concentrated in the hands of a few local and international corporate and political elites resulting in growing inequality. Tax dodging and illicit financial flows by multinational corporations have also limited benefits accruing to African economies. In many instances growth, especially from the extractive sector, has come at the expense of the environment with serious consequences for local communities. 

These fundamental issues which found expression in the African Union’s Agenda 2063, the African Mining Vision, the African Union’s Transitional Justice Policy Framework as well as the Sustainable Development Goals will be a major focus for the next phase of TrustAfrica’s programming. 

Ce lundi 30 mai 2016, les Chambres africaines extraordinaires chargées de juger l’ancien président tchadien Hissène Habré ont livré leur verdict après 4 mois d’audience et un délibéré qui aura duré 3 mois.

Par la voix de son Président, le juge burkinabé Gustave Gberdao Kam, la Cour a reconnu l’ancien homme fort de Ndjamena coupable de crimes contre l’humanité et actes de torture. Dans son verdict, la Cour a également retenu la culpabilité de Hissène Habré pour actes de violences sexuelles et viol, incriminations qui avaient été absentes de l’acte d’accusation mais qui ont été élucidées par les parties civiles et leurs avocats durant les audiences au procès.

Hissène Habré a donc été condamné à la prison à perpétuité, sans aucune circonstance atténuante. Au sortir du verdict, la Cour a annoncé qu’un délai de 15 jours était octroyé aux avocats de l’accusé afin de leur permettre, le cas échéant, de faire appel de cette décision.

Page 1 sur 8

Nos coordoneés

  • Lot 4, Almadies Ngor, Dakar Sénégal
  • +221 33 869 46 86
  • +221 33 824 15 67

Fil Twitter

Suite à une erreur, potentiellement un dépassement de délai de connexion à Twitter, les tweets de cet utilisateur ne peuvent être affichés.

Conférences et ateliers