01.jpg

Ogochukwu “Ogo” Chukwudi joined TrustAfrica in November 2018 as a Project Associate for the Kiisi Trust Fund. Ogo worked with Access Bank PLC in Lagos, Nigeria as a relationship officer and prior to joining TrustAfrica, she worked as a Research and Data Analyst for PIND Foundation. Ogo was part of the team that built the Niger Delta Development Map on the NDLink website which encourages partnerships in the Niger Delta. This online platform is currently one of the top online platforms in Nigeria. Ogo is very passionate about the development of the Niger Delta. She holds a Bachelor of Science degree in Geography and Planning from the University of Lagos, Nigeria and a Master of Arts in International Development from the University of Manchester, United Kingdom. She is also a proud member of Starting Now, which is a network of people who have committed to taking one step to change the world small at first perhaps, but consistent.

Globally, there are increased constraints on external funding and even criminalization of CSOs work. To counter this narrative, an emerging discourse around “participatory philanthropy” is being championed and innovated by civil society activists. Making the shift from external to local resources is one part of this.

In Sub Saharan Africa, the field of organized philanthropy and efforts to developed it has been dominated by Anglophone influences and practices and there has been far less investment in building local philanthropy in Francophone Africa.

Les mobilisations citoyennes dans plusieurs pays d’Afrique tels que le Burkina Faso, le Sénégal, le Zimbabwe, la République démocratique du Congo (RDC), la République du Congo, et Madagascar, pour n’en citer quelques-uns, ont révolutionné les processus démocratiques. Ces mouvements sociaux naissent souvent à la veille d’élections, en opposition aux dirigeants récalcitrants et à la volonté de certaines élites de se perpétuer au pouvoir.

Il a été rapporté que le droits fondamentaux de la personne sont de moins en mois respectés dans près des deux tiers des 113 pays étudiés dans le cadre de l’Indice sur l’État de droit du World Justice Project. Ce recul dans le respect des droits humains, conjugué à une tendance mondiale à la fermeture des espaces civiques, crée de sérieux défis pour les bailleurs de fonds et leurs bénéficiaires. En 2015, 12% des fonds mondiaux consacrés aux droits de l’homme étaient destinés à des activités en faveur de l’Afrique subsaharienne, et comprenaient des subventions provenant de sept bailleurs de fonds basés en Afrique.

Cette session discutera d’une transition vers le volet du spectre de la philanthropie concernant plusieurs parties prenantes, en insistant sur les modèles philanthropiques participatifs. La Philanthropie en tant que :

roundtable

Zimbabwe, Mali, Cameroun et République démocratique du Congo

Le 22 octobre 2018, TrustAfrica a organisé une table ronde sur les "élections récentes et prospectives en Afrique : Zimbabwe, Mali, Cameroun et République démocratique du Congo". Le panel s'est tenu à Dakar, au Sénégal, à la veille de la réunion du Conseil d'administration de TrustAfrica et, comme l'a expliqué le directeur exécutif de TrustAfrica, la réunion a été tenue pour donner l'occasion aux membres du Conseil, d'avoir une conversation avec les partenaires et le grand public sur quelques-unes des enjeux cruciaux liées à la gouvernance démocratique et à la transformation économique équitable en Afrique. Dans ses remarques introductives, Mme Aicha Ba Diallo, présidente du Conseil d'administration du TrustAfrica, a déclaré que le panel était l'occasion de se pencher sur les récentes élections et de tirer des enseignements à appliquer aux futures élections.

Les élections présidentielles continuent d’être d’importants tests de consolidation de la démocratie en Afrique, en particulier dans les pays sortant d’un régime autoritaire ou d’un conflit. Malgré les controverses et les contestations avant et après les élections, les transitions pacifiques du pouvoir dans des pays comme la Sierra Leone, le Libéria, la Gambie et le Burkina Faso ont renforcé la confiance dans le pouvoir transformateur des processus électoraux et la force de la participation populaire. Les organisations de la société civile et les mouvements sociaux jouent un rôle de plus en plus important, non seulement dans la surveillance des élections (salles de crise et participation des électeurs), mais également dans la transparence de l’ensemble du processus électoral et le respect des normes internationales ainsi que de la Constitution et des codes électoraux des pays concernés.

Les récentes élections au Zimbabwe et au Mali ont été marquées par de bonnes performances des candidats de l’opposition, entraînant ainsi un second tour historique au Mali et par un vote séparé de 50/43 au Zimbabwe entre le ZANU-PF au pouvoir et MDC de l’opposition. Les élections d’août 2018 au Zimbabwe ont marqué le début d’une nouvelle ère post-Mugabe, mais ont renforcé, à bien des égards, le statu quo de la domination de la ZANU-PF. Au Mali, les élections de juillet 2018 ont été marquées par un second tour sans précédent entre les deux premiers candidats, mais ont finalement abouti à la victoire du président sortant. Dans les deux cas, les forces de l’opposition constituaient des menaces réelles mais n’ont finalement pas réussi à remporter la victoire électorale. Les élections d’octobre 2018 au Cameroun ont également été marquées par la résurgence de puissants candidats de l’opposition, renforçant le malaise social suscité par les deux années de troubles civils dans les régions anglophones du pays. Les élections tant attendues en République démocratique du Congo présentent un éventail de candidats valables, notamment en l’absence du Président sortant Joseph Kabila. Les tendances de la participation varient d’un pays à l’autre et fournissent des indicateurs utiles pour évaluer le niveau d’engagement des citoyens. Ces tests récents des démocraties africaines seront discutés et analysés en vue de documenter les programmes de soutien à la participation civique de TrustAfrica.

Objectifs de la Table ronde :

  • Réfléchir et échanger des idées sur les implications des élections récentes et futures ;
  • Identifier les indicateurs prioritaires pour les niveaux de consolidation de la démocratie et les actions prioritaires pour les mouvements citoyens et les institutions soutenant des processus électoraux libres, transparents, pacifiques et démocratiques ;
  • Accroître la visibilité des menaces et des opportunités que représentent les futures élections.

L’Observatoire Ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH) ouvre une causerie-débat sur l’affaire le Procureur c. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé le 11 octobre 2018 à Abidjan.

 Les 1 et 2 octobre ont marqué la reprise du procès  le Procureur c. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à la Cour Pénale Internationale (CPI). Suspendue à la demande des avocats des accusés, l’audience reprend le 12 novembre2018.

Olivia Tchamba est une activiste des droits humains qui possède une solide expérience du système africain des droits de l’homme, ayant travaillé avec la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples. Au fil des ans, elle a pu établir des partenariats solides et authentiques et a aidé à renforcer les capacités des ONG du continent en matière d'utilisation des mécanismes régionaux de protection et de promotion des droits humains.
 
Avant de rejoindre TrustAfrica, elle a dirigé et contribué à de nombreux travaux de recherches sur différents domaines des droits humains, notamment l'état de droit, la démocratie et la protection des défenseurs des droits humains en danger. Par ailleurs, elle a largement contribué à la conception et la mise en œuvre de stratégies de plaidoyer et de campagne, pour un changement, avec des organisations telles qu'Amnesty International, Front Line Defenders et CIVICUS. Elle est titulaire d'un Master en droits de l'homme et action humanitaire de l'Université Catholique d'Afrique Centrale au Cameroun. Elle parle couramment l'anglais et le français.

AFSA Conference

Food systems are a global and immediate priority in the context of climate change, health and resilience. This 3-day conference focuses on the future of food systems in Africa. The conference will explore the complexity, diversity and nutritional value of African food systems and launch an action plan and declaration for change for better food systems geared towards the general public and policymaking bodies including the African Union and the Regional Economic Communities. The first two days will focus on five thematic areas. On the third day, the participants will join with the participants of an organic agriculture conference which follows the food systems event. The combined participants on the third day will number between 400 – 500.

TrustAfrica_LiteAfrica_Ogoni-Project
Page 5 sur 17

Nos coordoneés

  • Lot 4, Almadies Ngor, Dakar Sénégal
  • +221 33 869 46 86
  • +221 33 824 15 67

Fil Twitter

Suite à une erreur, potentiellement un dépassement de délai de connexion à Twitter, les tweets de cet utilisateur ne peuvent être affichés.

Conférences et ateliers