04.jpg

Project: NIGERIA ANTI-CORRUPTION AND CRIMINAL JUSTICE REFORM FUND

About TrustAfrica

TrustAfrica is an African-led, pan-Africa foundation dedicated to fostering democratic governance and equitable development and works principally through collaboration and partnership with like-minded institutions and donors. It is incorporated in the United States as a 501(c)(3) tax exempt organization and has a location agreement with the government of Senegal. It also has offices in Nigeria and Zimbabwe. 

Project: NIGERIA ANTI-CORRUPTION AND CRIMINAL JUSTICE REFORM FUND

About TrustAfrica

TrustAfrica is an African-led, pan-Africa foundation dedicated to fostering democratic governance and equitable development and works principally through collaboration and partnership with like-minded institutions and donors. It is incorporated in the United States as a 501(c)(3) tax exempt organization and has a location agreement with the government of Senegal. It also has offices in Nigeria and Zimbabwe.

About the Nigeria Anti-Corruption and Criminal Justice Reform Fund (NACCJF)

In its first term, President Buhari’s government demonstrated strong political will in tackling corruption. This offered a window of opportunity to invest and contribute towards driving much needed reforms around accountability through improved anti-corruption and criminal justice administration processes in Nigeria. For this purpose, the Open Society, MacArthur and Ford Foundations came together and established the Nigeria Anticorruption and Criminal Justice Reform Fund (NACCJF) with an investment of 5 million USD.  The Fund was established to support system strengthening, performance enhancing and coordination of anticorruption and criminal justice agencies in Nigeria. Riding on the available political will, the goal of the Fund is to enable the government of Nigeria to realize the following objectives: 

Reports to: Program Director, Kiisi Trust Fund, TrustAfrica

Job Location: Port Harcourt, Nigeria

Start Date: November 1st, 2019

End Date: March 31st, 2020

Hours: 25 hours a week

Compensation: NGN150,000 (Nigerian naira)

Overview

The Kiisi Trust at TrustAfrica, is seeking a junior Monitoring and Evaluation consultant open to deepening and learning new skills, to guide us through the process of assessing the quality of our programming, which will help us take measures to deepen our impact.

24 and 25 September 2019

parallel to the SDG Summit
in the Church Center – opposite the UN, New York

Register here! English | Français | Español

Download the People’s Assembly Announcement

As Heads of State will meet on 24 and 25 September 2019 for the SDG Summit to review the progress of Agenda 2030, we are organizing a parallel People’s Assembly.

The People’s Assembly will bring together people’s representatives and civil society from around the world to give  grassroots and marginalised people a voice. Most importantly, it will be a space for all to jointly analyse the structural reasons for the injustices, act and plan for common future actions to create systemic change to achieve the Sustainable Development Goals and the Paris Climate Agreement.

Civil society plays a key role in advocating and implementing much needed change and to work on the structural causes of poverty and inequalities. However, we are being threatened and civic space to work is dwindling. Civil Society must fight back together and reclaim our space.

We are at the crossroads, as inequality has risen to unsustainable levels and climate change is causing incalculable damage. We can implement change or continue with the status quo. We are determined to act to save the planet and humanity, particularly ensure that no one is left behind.

TrustAfrica (TA) et l’Institut pour la justice économique (Institute for Economic Justice (IEJ) ont le plaisir d’annoncer leur conférence de trois jours sur « la Remise en question des Orthodoxies dans la pensée économique en Afrique, Exploration de solutions alternatives ». La conférence se tiendra du 2 au 4 septembre 2019 à Dakar (Sénégal) avec le soutien de l’institution Open Society Initiative for West Africa (OSIWA).

Le continent africain a la possibilité de se transformer de manière à élever les niveaux de vie et de bien-être et à promouvoir les droits et la dignité de tous les peuples, dans la paix, l’unité et la liberté. Le continent regorge de jeunes gens ingénieux et créatifs, de ressources naturelles abondantes, d’un marché commun potentiellement vaste, de la possibilité de développer des industries nationales et d’un potentiel humain inexploité. Et pourtant, 39 des pays ayant les taux de pauvreté les plus élevés se trouvent en Afrique et, en tant que continent, l’Afrique connait les niveaux de développement humain les plus bas. Cette situation ne peut être dissociée de plusieurs siècles d’exploitation. Elle est aussi la conséquence du chemin emprunté (imposé ou choisi) par la plupart des régimes postindépendance. L’imposition de programmes d’ajustement structurel, les Politiques de Consensus de Washington et de Consensus Post-Washington, ainsi que d’autres formes plus récentes de « réformes » néolibérales ont été particulièrement importantes. Celles-ci ont été mises en œuvre et justifiées par des approches économiques conventionnelles, que nous appelons « orthodoxies économiques ».

 

Par Brenda Peace

Les victimes des crimes internationaux comme le génocide, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité sont au cœur de la lutte contre l’impunité. La Cour Pénale Internationale (CPI) est le premier mécanisme international de responsabilisation à prévoir la participation directe des victimes à la procédure judiciaire à engager en l’espèce. Cette avancée n’a pu toutefois assurer, à ce jour, aux victimes la visibilité et la voix au chapitre voulues à l’échelle nationale, régionale et internationale. C’est du fait d’obstacles d’ordre juridique, technique et financier. Pourtant leur rôle restreint, de plus en plus manifeste, joue dans la quête de l’obligation effective de rendre compte.

En partenariat avec the Inclusive Project, Asia Dalit Right Forum, UNESCO, Amnesty International avec Global Call Against Poverty, IDSN, IMADAR et l’ONG CIVICUS, TrustAfrica a organisé une conférence internationale sur le thème : « Le Partenariat mondial et action conjointe dans la lutte contre la Discrimination fondée sur le Travail, l’Ascendance, l’Intouchabilité, des formes contemporaines d’esclavage et des formes analogues de Discrimination ». A l’issue de cette conférence qui s’est tenue à Dakar, Sénégal du 9 au 11 Avril 2019, un  Réseau africain contre les discriminations basées sur le travail, l’ascendance, l’esclavage et les croyances sociétales a été mis en place. Le réseau regroupe une vingtaine d’organisations des droits humains et des associations des victimes. Les membres du réseau se sont engagés à travailler en solidarité avec toutes les parties prenantes et à œuvrer pour que les organisations qui travaillent

pour des objectifs similaires puissent rejoindre le réseau.

Vous trouverez dans ce numéro un documentaire sur les temps forts de cette rencontre réalisé par Ouest TV et la déclaration de Dakar.

En parfaite conformité avec une de ses stratégies, qui est d’organiser des rencontres multipartites autour des thématiques liées à la démocratie et au développement, TrustAfrica est très satisfaite de cette conférence qui a permis aux différentes communautés discriminées de fédérer leurs actions et d’inscrire le combat dans un cadre africain et planétaire.

Par Bethule Myamambi

Dans le cadre de son Programme de Plaidoyer en faveur de l’Agriculture, TrustAfrica a convié les partenaires et d’autres parties prenantes à un dialogue pour l’élaboration de politiques et de stratégies.  Intitulée : « Mandat et responsabilité : Faire entendre la voix des citoyens et assurer leur participation au développement de l’agriculture en Afrique », cette réunion de deux jours, s’est tenue à Kigali, la capitale du Rwanda, du 2 au 3 avril 2019. Elle a enregistré la participation de plusieurs partenaires régionaux et stratégiques. Dans une optique prospective, les discussions ont porté sur les opportunités, les stratégies, les objectifs et les actions prioritaires aptes à promouvoir et à faire entendre la voix et à assurer la participation des citoyens à la transformation et au développement inclusifs de l’agriculture en Afrique.

TrustAfrica a le plaisir de vous inviter à une conférence sur le thème : Culture et Identité : Les Mouvements Sociaux en Afrique et l’Héritage de Nelson Mandela et de Cheikh Anta Diop. La conférence se tiendra le 29 Juillet 2019 de 15h 00 mn à 17h 30 mn dans les locaux de TrustAfrica au Sénégal, à Dakar.

Prévue pour rendre hommage à Nelson Mandela et à Cheikh Anta Diop, cette activité entre en droite ligne de notre stratégie d’appui aux mouvements sociaux africains dans leurs combats pour l’avancée de la paix et de la démocratie qui sont les gages d’un développement durable de l’Afrique et de son peuple.

Nom du projet: PROMOUVOIR LA RESPONSABILISATION EN MATIERE LEGISLATIVE ET LA REPRESENTATION INCLUSIVE DANS L’OGONILAND, ETAT DE RIVERS, NIGERIA.

Bénéficiaire partenaire : Centre de plaidoyer pour le renforcement de la confiance des citoyens et de promotion du développement (CITADEC)

Par Sambari Lemene et Dimkpa Vivian, stagiaires à la Division des Communications & Recherche du Kiisi Trust

Le manque de responsabilisation effective des élus est un problème commun à la plupart des pays en développement. La responsabilité est un concept vague, mais en connaître les origines permet aux citoyens de trouver les moyens d’amener leur gouvernement à se soumettre à l’obligation de rendre compte. Le Kiisi Trust, fonds orienté par les donateurs et géré par TrustAfrica, utilise une méthode participative parfaitement inclusive quand il s’agit de financer des projets visant à donner voix au chapitre aux citoyens marginalisés. A travers son volet Gouvernance, Libre expression et Responsabilisation, le fonds vient en appui aux citoyens et communautés, notamment aux membres des groupes vulnérables et laissés pour compte aux fins d’autonomisation pour leur permettre d’opérer des choix en ce qui concerne leur propre développement – et d’y donner suite. Le fonds veille à dialoguer avec les communautés, gouvernements, entreprises et autres acteurs clés en vue de promouvoir une culture de la citoyenneté active.

Le Centre de plaidoyer pour le renforcement de la confiance des citoyens et de promotion du développement (CITADEC), qui était un bénéficiaire-partenaire du Trust en 2018, a saisi ce dernier d’un concept d’intervention dans les communautés clés de l’Ogoniland aux fins de promouvoir la responsabilisation en matière législative et la représentation inclusive. Ce projet du CITADEC offrait un cadre d’intervention en faveur de la responsabilisation souhaitée en matière législative et la représentation inclusive des districts dans les sphères du gouvernement local de  Khana et Gokana (LGA) afin d’assurer la bonne gouvernance dans l’Ogoniland  et  de rapprocher la démocratie et le développement des populations. Cette intervention  a revalorisé le pouvoir populaire et renforcé les populations qui sont désormais à même de demander des comptes à leurs dirigeants politiques. La mise en œuvre de ce projet a donné lieu à des formations  en matière de plaidoyer législatif, des pressions, des concertations entre les districts et des rencontres avec leurs représentants élus aux fins de plaidoyer.

Impact du projet

  • Au niveau du gouvernement local de Gokana, les délégués des diverses communautés ont choisi, avec le concours des partenaires et parties prenantes clés, quatre thèmes de plaidoyer au titre de la concertation et du dialogue avec leurs représentants à l’Assemblée législative de l’Etat de Rivers. Il s’agissait de la Sécurité, de l’Environnement, de la Santé et de l’Education. Cette approche thématique découlait des programmes de sensibilisation et de renforcement des capacités organisés par le CITADEC, qui ont appuyé le processus de dialogue entre les districts, amélioré leurs capacités, permis de mieux appréhender les défis auxquels sont confrontées les communautés locales en termes de développement et la nécessité d’anticiper en demandant d’ores et déjà des comptes et un changement positif ;
  • Renforcement de capacités en matière de plaidoyer législatif et de formation au lobbying : les citoyens des districts de Khana et Gokana ont maintenant des notions de plaidoyer et de lobbying et peuvent s’en servir pour obtenir le changement souhaité dans l’Ogoniland en matière de gouvernance et de développement ;
  • Sensibilisation et prise de conscience des parties prenantes de l’Ogoniland : Le dialogue avec les parties prenantes a permis aux participants de prendre conscience de la représentation inclusive en tant que moyen de développer l’Ogoniland. Au cours de cet exercice de sensibilisation, les participants ont partagé leurs expériences avec leurs législateurs et ont été unanimes à reconnaître que la représentation politique dans la région était loin d’être satisfaisante tout en se réjouissant néanmoins du projet en tant que première initiative du genre à l’échelon local ;
  • Une plateforme en ligne a été mise en place en tant que forum non partisan pour promouvoir le discours civique dans la région au niveau des parties prenantes du projet. Il s’agissait de s’assurer la participation d’autres parties prenantes et des représentants des communautés qui n’avaient pas pris directement part aux activités du projet, mais avaient exprimé leur intention d’appuyer et de renforcer l’inclusivité en matière législative et politique dans l’Ogoniland ;

Organisation de la session de dialogue entre les districts de l’Ogoniland : cette session a permis aux parties prenantes du projet de discuter et d’identifier les problèmes de développement qui affaiblissent le gouvernement local et les stratégies à adopter pour les concertations avec leurs représentants à l’Assemblée législative de l’Etat de Rivers. Ce dialogue entre les districts constitue un grand pas en avant pour avoir offert aux parties prenantes une opportunité de se rencontrer et de discuter de leurs propres problèmes et du droit de déterminer leurs priorités ainsi que la possibilité de créer un environnement propice pour mener à bien le processus de plaidoyer et de dialogue. Cette intervention s’est également traduite par l’autonomisation des parties prenantes qui vont engager leur propre processus de changement dans le cadre du dialogue pour le changement et la responsabilisation dans l’Ogoniland. 

Page 6 sur 23

Nos coordoneés

  • Lot 4, Almadies Ngor, Dakar Sénégal
  • +221 33 869 46 86
  • +221 33 824 15 67

Fil Twitter

Suite à une erreur, potentiellement un dépassement de délai de connexion à Twitter, les tweets de cet utilisateur ne peuvent être affichés.

Conférences et ateliers